Les plages du Manitoba

La surveillance des plages est maintenant terminée pour la saison 2019.

Bien que la qualité de l’eau des plages manitobaines soit excellente et réponde aux normes de qualité pour la baignade, les renseignements suivants sur la bactérie Escherichia coli (E. coli), le Programme manitobain de propreté des plages, la prolifération d’algues et la dermatite des nageurs peuvent contribuer à protéger nos plages et à réduire les risques pour votre santé et celle de votre famille.

Le Programme manitobain de propreté des plages

Chaque été, des milliers de baigneurs profitent des eaux rafraîchissantes et des belles plages de sable du Manitoba. La Section de la gestion de la qualité de l’eau de Développement durable Manitoba, de concert avec le ministère de la Santé, assure la surveillance périodique de quelque 60 plages partout au Manitoba. De nombreuses plages populaires sont situées à une courte distance d’un grand centre urbain. C’est le cas des plages du parc provincial du Whiteshell et des nombreuses plages qui s’étalent sur des kilomètres le long des rives est et ouest du lac Winnipeg. On trouve aussi, ailleurs dans la province, de nombreuses plages faisant partie de terrains de camping provinciaux ou d’installations privées. Les parcs provinciaux du Manitoba abritent également un grand nombre de plages magnifiques. Profitez de ces destinations populaires et prenez part à une tradition estivale ensoleillée!

Développement durable Manitoba a mis sur pied, conjointement avec Santé Manitoba, le Programme manitobain de propreté des plages afin de vous fournir, à vous et à votre famille, des renseignements très utiles sur les façons de protéger nos plages et de réduire les risques pour la santé. La qualité de l’eau des plages peut être altérée aussi bien par des polluants d’origine humaine que par des facteurs naturels. De nombreux gouvernements, dont ceux du Canada et du Manitoba, ont mis en place des lignes directrices sur la qualité de l’eau utilisée à des fins récréatives, pour protéger la santé publique et faire en sorte que la baignade demeure une activité agréable.

Le Programme manitobain de propreté des plages comprend les éléments suivants :

  • Des brochures d’information (en anglais seulement) sur ce que les baigneurs peuvent faire pour se protéger et protéger les plages;
  • Des panneaux d’information (en anglais seulement) placés sur les grandes plages du Manitoba;
  • Des recherches ciblées pour déterminer les sources d’E. coli dans le lac Winnipeg;
  • Une surveillance soutenue des plages manitobaines et la communication des résultats.
Protégez les plages

Les conseils suivants vous aideront à veiller à la propreté de nos plages :

  • Ne donnez pas à manger aux oiseaux de rivage. Les mouettes peuvent rapidement prendre l’habitude de manger et de vivre sur les plages.
  • Ne jetez pas et ne laissez pas de nourriture sur la plage. Déposez vos ordures dans les conteneurs prévus à cet effet.
  • Ramassez les excréments de vos animaux de compagnie. La présence des animaux de compagnie n’est pas autorisée sur les plages des parcs provinciaux ni sur la plupart des plages dans les municipalités rurales.
  • Changez souvent les couches des enfants en bas âge et faites-le loin du bord de l’eau.
  • N’enterrez jamais de déchets dans le sable.
Escherichia coli (E. coli)

L’Escherichia coli (ou E. coli) est une bactérie présente naturellement en grande quantité chez tous les êtres à sang chaud, notamment les humains, le bétail, les animaux sauvages et les oiseaux. La bactérie Escherichia coli elle-même ne cause généralement pas de maladies, mais lorsqu’elle est présente en grand nombre, le risque de contracter une infection auprès d’autres organismes s’accroît. Les maladies les plus courantes que peuvent contracter les baigneurs sont des infections oculaires, nasales et de la gorge, ainsi que des troubles digestifs. Une fièvre légère, des vomissements, de la diarrhée et des crampes abdominales font partie des symptômes habituels.

En 2003, des études approfondies ont été menées afin de déterminer la source de concentrations parfois élevées d’E. coli et le mécanisme de transfert de cette bactérie aux plages du lac Winnipeg. Les études ont révélé la présence de concentrations élevées d’E. coli dans le sable mouillé des plages. Lors de période de vents forts, quand monte le niveau d’eau du bassin sud du lac, les bactéries contenues dans le sable peuvent être entraînées vers les zones de baignade. Des recherches ont révélé que moins de 10 % des bactéries d’E. coli trouvées dans le sable des plages du lac Winnipeg proviennent de l’activité humaine et que le reste provient des oiseaux et des animaux. Ces études ont beaucoup contribué à notre compréhension actuelle de la qualité de l’eau du lac Winnipeg. Les résultats de ces études sont publiés dans un rapport provisoire (en anglais seulement).

De concert avec le ministère de la Santé du Manitoba, Développement durable Manitoba exerce la surveillance de quelque 60 plages de la province pour y mesurer la densité de bactéries E. coli et évaluer le risque d’infection pour les baigneurs. La surveillance débute habituellement en juin et se poursuit à la plupart des plages jusqu’à la fin d’août. La fréquence des prélèvements est fonction de l’intensité des activités récréatives, des données bactériologiques historiques ou de projets particuliers.

En ce qui concerne l’E. coli, l’objectif applicable à la qualité de l’eau destinée à un usage récréatif est de 200 E. coli par échantillon de 100 ml (Direction de la gestion et des sciences de l’eau, 2011). Un taux inférieur à 200 E. coli par 100 ml est considéré comme étant sans danger pour des activités récréatives. Lorsque le taux dépasse 200 E. coli par 100 ml, un panneau jaune de mise en garde (en anglais seulement) avertit les baigneurs que des prélèvements ont révélé des concentrations élevées de bactéries au cours de la saison et que les baigneurs devraient prendre des précautions pour réduire le risque de maladie. Dès que la concentration d’E. coli dépasse l’objectif applicable à la qualité de l’eau destinée à un usage récréatif, le panneau de mise en garde demeure en place jusqu’à la fin de la saison de la baignade.

Quelles sont les plus récentes données sur les concentrations d’ E. coli pour notre plage?(en anglais seulement)

Efflorescence algale et algues toxiques
La prolifération d’algues

Les algues sont des végétaux dépourvus de tiges, de racines ou de feuilles. Il en existe une grande variété de tailles et de formes, des organismes unicellulaires microscopiques aux algues marines géantes mesurant plusieurs mètres. Les algues sont un signe de bonne santé pour un lac, car elles procurent de la nourriture et de l’oxygène à de nombreux organismes aquatiques. Lorsqu’elles prolifèrent de manière excessive, cependant, les algues forment des touffes flottantes ou de l’écume qui peuvent rendre l’eau impropre à la consommation et nuire aux activités récréatives. Lorsque se produit cette efflorescence algale, l’eau peut parfois ressembler à une épaisse soupe aux pois et dégager une odeur forte et désagréable.

L’efflorescence algale est causée par une concentration excessive des produits azotés et phosphorés. Les journées chaudes et sans vent conjuguées à des charges nutritives relativement élevées créent des conditions idéales pour l’efflorescence algale. La prévention est la méthode privilégiée pour contrôler les algues dans les eaux de surface. La méthode de contrôle la plus efficace à long terme consiste à minimiser la quantité d’azote et de phosphore qui entre dans l’eau. Pratiquement toutes les activités humaines entraînent l’apport de nutriants dans les eaux de surface, aussi la réduction des charges nutritives dans les lacs, les rivières et les ruisseaux nous concerne-t-elle tous. Pour en apprendre davantage sur ce que vous pouvez faire pour réduire la charge nutritive de vos activités, visitez le site Web du lac Winnipeg.

Le terme scientifique pour désigner les algues bleues est cyanobactéries. Les cyanobactéries peuvent être de couleur bleue, verte ou brune et présentent une variété de tailles et de formes. Leur présence est préoccupante, car certaines espèces peuvent produire des toxines potentiellement dangereuses pour les humaines, les animaux de compagnie et le bétail.




Photos : à gauche complètement Aphanizomenon, un genre de cyanobactérie qui ressemble à des débris d’herbe. De gauche à droite, des stades d’une efflorescence algale typique. Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Développement durable Manitoba exerce la surveillance de quelques 60 plages réparties dans la province afin d’y détecter des efflorescences algales. Des échantillons d’algues sont prélevés dans d’autres plans d’eau à la suite d’appels de citoyens, d’employés en région et d’autres partenaires. Les échantillons ne sont prélevés qu’en présence d’une efflorescence algale.

En matière de cyanobactéries, l’objectif applicable à la qualité de l’eau destinée à un usage récréatif est de 100 000 cellules par millilitre (Direction de la gestion et des sciences de l’eau, 2011). En deçà de 100 000 cellules/ml, la pratique des activités récréatives est jugée sans danger. Lorsque la concentration dépasse 100 000 cellules/ml, un avis de présence d’algues (en anglais seulement) est installé pour avertir les baigneurs d’éviter la baignade ou d’autres contacts avec l’eau lorsque celle-ci présente des signes d’efflorescence algale. Dès lors qu’une efflorescence algale est observée à une plage, l’avis de présence d’algues demeure en place jusqu’à la fin de la saison de baignade.

La microcystine est une toxine que produisent certaines espèces de cyanobactéries. Elle peut être nocive pour le foie et le système nerveux des personnes qui avalent de grandes quantités d’eau. Les algues ne produisent pas toutes des toxines. En ce qui concerne la microcystine, l’objectif applicable à la qualité de l’eau destinée à un usage récréatif est de 20 ug/l (Direction de la gestion et des sciences de l’eau, 2011). Lorsque la concentration de microcystine dépasse 20 ug/l un avis de présence d’algues toxiques (en anglais seulement) est installé pour indiquer aux baigneurs qu’ils ne doivent pas se baigner ni boire ou entrer en contact avec l’eau. L’avis de présence d’algues toxiques demeure en place jusqu’à ce que la concentration de microcystine redescende en deçà de 20 ug/l.

Les activités récréatives sont jugées comme étant sans danger pour la santé lorsqu’il n’y a pas d’efflorescence algale aiguë. Cependant, si vous constatez la présence de quantités importantes d’écume verdâtre dans l’eau, les recommandations suivantes s’imposent :

  • Évitez de vous baigner ou d’entrer en contact avec l’eau.
  • Ne buvez pas l’eau (l’ébullition ou la chloration ne rendront pas l’eau potable).
  • Empêchez les animaux de compagnie ou d’élevage de boire le long de la rive.
  • Ne mangez pas de poisson pêché dans le lac s’il ne semble pas en bonne santé.

Quelles sont les plus récentes données sur les concentrations de cyanobactéries et de microcystine pour notre plage? (en anglais seulement)

La dermatite des nageurs

Le parasite responsable de la dermatite des nageurs vit de façon naturelle dans de nombreux lacs du Manitoba. La dermatite des nageurs provoque une irritation temporaire de la peau chez les nageurs qui entrent en contact avec le parasite. À mesure que s’évaporent les gouttelettes de la peau, de minuscules larves parasites pénètrent dans les pores de la peau du nageur et meurent, laissant de petits points rouges qui piquent et qui peuvent durer de 4 à 14  jours. La réaction allergique à la dermatite des nageurs peut être extrêmement inconfortable, mais elle ne présente aucun danger pour la santé et ne s’étendra pas à d’autres parties du corps. Toutefois, se gratter peut entraîner une infection de la peau.

Les premiers signes de la dermatite des nageurs se manifestent rapidement après la baignade. Dès que la peau sèche, une sensation de picotement se fait sentir sur les zones qui ont été en contact avec le parasite. On remarque ensuite la présence de petits points rouges aux endroits où l’organisme a pénétré la peau. Au bout de quelques heures, la sensation de picotement disparaîtra, les points rouges deviendront plus grands et s’accompagneront de démangeaisons. Le degré d’inconfort varie selon la sensibilité de la personne, la gravité de l’infestation et l’existence d’une exposition antérieure. Si ces symptômes se manifestent, on peut les soulager à l’aide d’antiprurigineux tels que des lotions et certains antihistaminiques. Votre médecin de famille ou votre pharmacien peuvent vous recommander un traitement adéquat. Vous pouvez aussi consulter la brochure sur la dermatite des nageurs (en anglais seulement).

Information sur la dermatite des nageurs 2019

Plans d’eau où des cas de dermatite des nageurs ont été confirmés

Date

Panneaux de mise en garde

Les baigneurs devraient prêter attention aux panneaux de mise en garde placés sur les plages.

Les panneaux de mise en garde jaune avertissent les baigneurs que les concentrations de bactéries dépassent l’objectif de 200 E. coli par 100 ml, applicables à la qualité de l’eau destinée à un usage récréatif (Direction de la gestion et des sciences de l’eau, 2011). En général, ce type de concentration bactérienne élevée ne dure pas longtemps. Bien que la plupart des baigneurs ne tombent pas malades, le risque de le devenir s’accroît en fonction de la concentration de bactéries. Pour éviter les risques de maladie, nous recommandons de prendre les précautions suivantes :

  • Évitez d’avaler de l’eau du lac.
  • Lavez vos mains avant de manipuler des aliments.
  • Évitez de vous baigner si vous avez une lésion ou une blessure ouverte, ou si vous êtes malade.
  • Au lac Winnipeg, évitez d’entrer en contact avec l’eau si le niveau du lac est élevé et si des vents forts soufflent du nord.

Des panneaux de mise en garde sont posés aux plages suivantes :

Plages Avis Date d’affichage
Plage Patricia Lake Winnipeg Advisory
(en anglais seulement)
9 juillet 2019
Plage de Saint-Malo Beach Advisory
(en anglais seulement)
9 juillet 2019
Plage de Gull Harbour Lake Winnipeg Advisory
(en anglais seulement)
10 juillet 2019
Plage de Sandy Hook Lake Winnipeg Advisory
(en anglais seulement)
10 juillet 2019
Winnipeg Beach Beach Advisory
(en anglais seulement)
10 juillet 2019
Plage Albert Lake Winnipeg Advisory
(en anglais seulement)
16 juillet 2019
Plage Ouest de Grand Beach Lake Winnipeg Advisory
(en anglais seulement)
16 juillet 2019
Plage Victoria (quai de la Croix-Rouge) Beach Advisory
(en anglais seulement)
18 juillet 2019
Plage Hillside Lake Winnipeg Advisory
(en anglais seulement)
18 juillet 2019
Plage Est de Grand Beach Lake Winnipeg Advisory
(en anglais seulement)
18 juillet 2019
Plage Victoria (maison-club) Beach Advisory
(en anglais seulement)
22 juillet 2019
Plage de Gimli Lake Winnipeg Advisory
(en anglais seulement)
23 juillet 2019
Plage Lester Lake Winnipeg Advisory
(en anglais seulement)
31 juillet 2019
Plage Sunset Beach Advisory
(en anglais seulement)
31 juillet 2019
Plage de Grindstone Lake Winnipeg Advisory
(en anglais seulement)
19 août 2019
Plage de Black's Point Beach Advisory
(en anglais seulement)
19 août 2019
Plage de Milne Lake Winnipeg Advisory
(en anglais seulement)
27 août 2019
Plage Central de Parc Birds Hill Lake Winnipeg Advisory
(en anglais seulement)
28 août 2019
Plage Est de Parc Birds Hill Beach Advisory
(en anglais seulement)
28 août 2019


Les panneaux de mise en garde rouges (en anglais seulement) avertissent les baigneurs que la baignade n’est pas recommandée. Ce type de panneaux est habituellement mis en place à la suite d’une situation d’urgence, comme un déversement d’eaux usées.

Les avis de présence d’algues (en anglais seulement) avertissent les baigneurs que les concentrations de cyanobactéries (communément appelées algues bleu vert) dépassent, cette saison, l’objectif de 100 000 cellules par millilitre applicable à la qualité de l’eau destinée à un usage récréatif (Direction de la gestion et des sciences de l’eau, 2011).

Des avis de présence d’algues sont placés aux plages suivantes :

Plages Avis Date d’affichage
Réservoirs de rivières Algae Advisory
(en anglais seulement)
9 juillet 2019
Sandy Lake Algae Advisory
(en anglais seulement)
15 juillet 2019
Plage du lac Killarney Algae Advisory
(en anglais seulement)
16 juillet 2019
Plage Rainbow Algae Advisory
(en anglais seulement)
16 juillet 2019
Plage Ochre Algae Advisory
(en anglais seulement)
16 juillet 2019
Lac Pelican (vallée Pleasant) Algae Advisory
(en anglais seulement)
22 juillet 2019
Lac Pelican (Ninette) Algae Advisory
(en anglais seulement)
22 juillet 2019
Lac Pelican (plage Manhattan) Algae Advisory
(en anglais seulement)
22 juillet 2019
Lac Oak Algae Advisory
(en anglais seulement)
23 juillet 2019
Plage Victoria (maison-club) Algae Advisory
(en anglais seulement)
24 juillet 2019
Plage Victoria (quai de la Croix-Rouge) Algae Advisory
(en anglais seulement)
31 juillet 2019
Lac Hoopers Algae Advisory
(en anglais seulement)
31 juillet 2019
Plage du lac Minnedosa Algae Advisory
(en anglais seulement)
31 juillet 2019
Plage Est de Grand Beach Algae Advisory
(en anglais seulement)
6 août 2019
Plage de Albert Algae Advisory
(en anglais seulement)
14 août 2019
Plage de Silver Algae Advisory
(en anglais seulement)
15 août 2019
Plage de Lac Rossman Algae Advisory
(en anglais seulement)
15 août 2019
Réservoir de Stephenfield Algae Advisory
(en anglais seulement)
15 août 2019
Plage de Delta Algae Advisory
(en anglais seulement)
15 août 2019
Plage de Sifton Algae Advisory
(en anglais seulement)
15 août 2019
Plage de Hillside Algae Advisory
(en anglais seulement)
20 août 2019

Les avis de présence d’algues toxiques(en anglais seulement) (en anglais seulement) avertissent les baigneurs que la concentration de microcystine dépasse l’objectif applicable à la qualité de l’eau destinée à un usage récréatif de 20 ug/l, et que l’ingestion d’eau, la baignade et tout autre contact avec l’eau sont déconseillés (Direction de la gestion et des sciences de l’eau, 2011). (en anglais seulement)

Des avis de présence d’algues toxiques sont placés aux plages suivantes :

Plages Avis Date d’affichage