Consultez ce blogue pour voir les articles courants concernant les documents des Archives du Manitoba datant de l’époque de la Première Guerre mondiale. Visitez les Archives du Manitoba pour voir les documents en personne.

Juin 2015 :

Le 29 juin 2015

Index partiel de soldats manitobains tués durant la Première Guerre mondiale

Les Archives du Manitoba ont créé un index électronique de soldats manitobains tués durant la Première Guerre mondiale. Cet index a été créé à partir d’une série de fiches établies par le gouvernement du Manitoba afin de documenter les pertes humaines subies par le Manitoba pendant la Première Guerre mondiale. L’index original a été fait pendant et après la guerre, mais il ne s’agit pas d’une liste exhaustive. Par conséquent, l’index électronique n’est pas non plus une liste complète des Manitobains tués pendant la Première Guerre mondiale.

L’index original comporte 1092 fiches, chacune contenant des renseignements sur un soldat individuel. Les cartes sont rédigées à la main et comportent le nom, le rang, le bataillon et la date du décès du soldat. Elles contiennent parfois des renseignements personnels additionnels, comme la collectivité de résidence et le nom du plus proche parent. Des articles nécrologiques sont parfois collés sur certaines fiches. Les Archives ne disposent pas de tous les renseignements relatifs à la création ou à l’histoire de ces fiches. Elles ont été trouvées dans un sous-sol inférieur du Palais législatif du Manitoba et semblent avoir été établies par le Department of Public Works afin de créer une liste d’honneur. Il est probable qu’au moins une partie des renseignements aient été fournis par des membres des familles de ces soldats.

L’index électronique comprend des champs pour les renseignements de base consignés sur ces fiches. Tout comme l’index original, l’index électronique suit un ordre alphabétique par nom de famille. Cet index est entièrement interrogeable par mots-clés. Si une fiche ne contenait aucun renseignement dans un champ particulier, celui-ci a été laissé en blanc dans l’index électronique. Quand une carte comprend une notice nécrologique, cela est indiqué dans la colonne « notes ».

Chercher dans l’index (en anglais seulement).

Quatre exemples de fiches sont présentés le 10 novembre article.

Conseil de recherche : Cherchez dans la base de données Keystone pour en savoir plus sur ces documents - A 0156, Index cards identifying soldiers killed in World War I, GR8115. Rendez-vous aux Archives pour voir les documents originaux.

Commentaires (0)

Envoyez vos courriels à l'adresse suivante : archiveswebmaster@gov.mb.ca. Que pensez-vous de cette blogue article? Vous êtes aussi invités à afficher vos commentaires sur cette page.

haut de page

Le 22 juin 2015

Compte à rebours avant le 100e anniversaire du suffrage des femmes : les membres de la Roaring River Political Equality League font part de leur déception au nouveau premier ministre

Après un mois en fonction, le premier ministre, T. C. Norris, a reçu une lettre de Gertrude Richardson, secrétaire chargée de la correspondance de la Roaring River Political Equality League. Lors de la réunion du 11 juin 1915, les membres de la section Roaring River de la Political Equality League ont adopté à l’unanimité une résolution pour informer le nouveau premier ministre de leur déception relativement à une récente déclaration qu’il avait prononcée au sujet du vote des femmes. Comme l’écriture de Mme Richardson est parfois difficile à lire, voici une transcription de la résolution :

« That this Society is very disappointed in the Premier’s use of the words ‘women entitled to the municipal franchise’ in his reply to the recent delegation, and wish to emphasize the fact that it is for the woman herself, and not the property that the vote is desired. »

Gertrude Richardson fut une figure de proue du mouvement des suffragettes et la section Roaring River de la Political Equality League avait été fondée plusieurs années auparavant, sous le nom de la Roaring River Suffrage Association, l’une des premières associations du genre au Manitoba.

La réponse du premier ministre fut très rapide. Le 16 juin 1915, il a écrit à Mme Richardson et les membres de la ligue pour leur demander « a little patience » et les rassurer que le gouvernement n’avait eu à leur égard « no idea of disappointing ». Un peu plus de sept mois plus tard, en janvier 1916, les femmes du Manitoba sont devenues les premières au Canada d’avoir le droit de vote.

Pour en savoir plus sur « Compte à rebours avant le 100e anniversaire du suffrage des femmes » consultez nos billets de blogue du 26 janvier 2015, du 23 février 2015, et du 19 mai 2015.

Conseil de recherche : Dans Keystone, cherchez « Roaring River Political Equality League » pour obtenir de plus amples renseignements.

Commentaires (0)

Envoyez vos courriels à l'adresse suivante : archiveswebmaster@gov.mb.ca. Que pensez-vous de cette blogue article? Vous êtes aussi invités à afficher vos commentaires sur cette page.

haut de page

Le 15 juin 2015

Les débuts du S.S. Nascopie

Le S.S. Nascopie, navire de la Compagnie de la Baie d’Hudson (la Compagnie), a surtout servi comme brise-glace dans l’Arctique, et ce, avant et après son utilisation en temps de guerre. Au début du 20e siècle, au fur et à mesure que les activités commerciales de la Compagnie de la Baie d’Hudson se développaient dans les régions éloignées de l’Arctique oriental, un besoin de meilleurs moyens de transport dans la région s’est fait sentir. En 1911, la Compagnie a annoncé un projet de construction d’un navire à vapeur équipé d’une étrave brise-glace pour servir dans l’Arctique. Cette même année, la Compagnie a créé la Nascopie Steamship Co. Ltd. avec l’entreprise Job Brothers and Co. Ltd., qui possédait des intérêts dans le navire. En 1916, la Compagnie a acheté les parts de Job Brother’s et est devenie propriétaire unique de l’entreprise Nascopie Steamship Co. Ltd.

Le 7 décembre 1911, le S.S. Nascopie a été lancé. Il avait été conçu par G.S. Goodwin & Co. de Liverpool et construit par l’entreprise Swan Hunter & Wigham Richardson, Neptune Works à Wallsend-on-Tyne (Angleterre). Le Nascopie possédait une capacité de chargement plus importante que les autres navires de la Compagnie utilisés dans l’Arctique. Il avait été conçu pour transporter des charges de 3 100 tonnes, à la différence du Pelican, dont la capacité était de 290 tonnes. De plus, le Nascopie a été conçu non seulement comme brise-glace, mais aussi comme navire de transport maritime puisque l’industrie de la chasse au phoque de Terre-Neuve avait besoin de navires pour transporter ses produits à New York et en Angleterre. Pour cette raison le Nascopie était parfaitement adapté aux activités en temps de guerre pour effectuer des voyages transatlantiques jusqu’aux eaux glacées de la mer Blanche.

Voici G.S. Goodwin & Co. ’s general arrangement plan of the Nascopie, dated 25 April 1911 (HBCA A.12/FT 332/1a fo. 26). À l’origine, il était joint aux « Articles of Association:Of The Nascopie Steamship Company Limited », envoyés dans une lettre de Thomas Cooper & Co. to F.C. Ingrams, Secretary, 2 January 1912, found in Correspondence with Fur Trade Commissioners – SS Nascopie - plan charter parties, articles of association, correspondence between Job Bros. and HBC (A.12/FT 332/1a).

Pour en savoir plus sur le S.S. Nascopie, consultez nos billets de blogue du 25 août 2014, du 12 janvier 2015, du 9 février 2015, et du 2 mars 2015.

Conseil de recherche : pour obtenir d’autres documents relatifs à ce navire, cherchez dans la base de données Keystone à l’aide du mot-clé « Nascopie ».

Commentaires (0)

Envoyez vos courriels à l'adresse suivante : archiveswebmaster@gov.mb.ca. Que pensez-vous de cette blogue article? Vous êtes aussi invités à afficher vos commentaires sur cette page.

haut de page

Le 8 juin 2015

« Whiz bangs » : Field Service Post Cards

Dans le chaos des tranchées, la correspondance écrite était le principal moyen de communication entre les soldats et leurs familles. Grâce aux lettres, ils pouvaient rester en contact avec leurs êtres chers et leur donner autant de nouvelles que le permettaient les autorités militaires. Comme les soldats ne trouvaient guère le temps d’écrire des lettres, ils pouvaient néanmoins envoyer des nouvelles chez eux pour confirmer qu’ils étaient encore sains et saufs en utilisant des cartes postales de type « Field Service Post Cards ». Il était interdit d’y ajouter des renseignements additionnels, sans doute un moyen de faciliter le travail du censeur militaire. On appelait les Field Service Post Cards des « whiz bangs », peut-être parce qu’elles étaient un moyen de communication simple et rapide (le terme « whiz bang » faisait aussi référence à un type de bombe d’artillerie allemande de petit calibre).

L’extrait d’une lettre écrite par Edgar Russenholt à sa sœur en novembre 1916 témoigne de l’importance des lettres pour les familles des soldats et de l’utilisation de cartes postales comme moyen simple de garder le contact.

« About the mail – Am not sure what the matter is – guess part of it is our own fault – but all the letters the boys have been getting of late, complain of our letters & cards getting home few and far between. Have not written a letter as often as I might – but have sent a ‘whiz bang’ every time we came out to let you know I was O. K. Yes, Am still ‘on top’ and so am mighty thankful. »

Archives du Manitoba, Edgar S. Russenholt fonds, Edgar S. Russenholt Correspondence 1916, P2828/4

Voici une image des deux côtés d’une des cartes postales de type « whiz bang » envoyée par Edgar Russenholt à M. N. Russenholt de Bowsman (Manitoba) en décembre 1916.

Visitez les Archives du Manitoba pour voir notre exposition de lettres de soldats ou d’autres documents ayant trait à la Première Guerre mondiale. Nous sommes situés au 200, rue Vaughan à Winnipeg et nous sommes ouverts du lundi au vendredi de 9 h à 16 h.

Conseil de recherche : les Archives du Manitoba possèdent de nombreuses collections de lettres, y compris des cartes postales « whiz bang » envoyées par des soldats de la Première Guerre mondiale Cherchez « Edgar S. Russenholt fonds » dans la base de données Keystone ou utilisez des mots-clés comme « First World War » et « correspondence » pour étendre votre recherche.

Commentaires (0)

Envoyez vos courriels à l'adresse suivante : archiveswebmaster@gov.mb.ca. Que pensez-vous de cette blogue article? Vous êtes aussi invités à afficher vos commentaires sur cette page.

haut de page

Le 1er juin 2015

Le 6e bataillon nommé le « Fort Garry Horse »

Cette photo panoramique montre le 6e bataillon de la 2e brigade du corps expéditionnaire canadien posant en uniforme au camp d’entrainement de Valcartier, au Québec. Les commandants de la brigade sont à genou devant leurs hommes. On peut voir plusieurs soldats à cheval et des chariots d’approvisionnement en arrière plan, devant des rangées de tentes et de dépendances militaires.

Le 6e bataillon de la 2e brigade, connu sous le nom de « Fort Garry Horse », a été mobilisé pour le combat le 5 août 1914. Le bataillon était essentiellement composé de soldats manitobains et a servi dans le régiment de cavalerie du corps expéditionnaire canadien pendant la majorité de la Première Guerre mondiale. Le bataillon a participé à plusieurs batailles importantes, notamment celle de Cambrai et du bois de Moreuil.

La photo porte la marque des Rembrandt Studio de Winnipeg et a été prise au Québec.

Commentaires (0)

Envoyez vos courriels à l'adresse suivante : archiveswebmaster@gov.mb.ca. Que pensez-vous de cette blogue article? Vous êtes aussi invités à afficher vos commentaires sur cette page.

haut de page