Consultez ce blogue pour voir les articles courants concernant les documents des Archives du Manitoba datant de l’époque de la Première Guerre mondiale. Visitez les Archives du Manitoba pour voir les documents en personne.

Septembre 2017 :

Le 18 septembre 2017

« This war must be won by the people at home. »

Le club Kiwanis de Winnipeg a été fondé en mai 1917 en guise de club masculin d’affaires et de professionnels visant à augmenter les possibilités d’affaires par le réseautage et la promotion de pratiques commerciales éthiques ainsi que par le leadership et le service communautaire.

Le 18 septembre 1917, le club Kiwanis de Winnipeg a offert un dîner-causerie présidé par le maire C. W. Gordon, un pasteur bien connu de Winnipeg qui écrivait des romans sous le pseudonyme de Ralph Connor. Au total, 150 hommes ont participé au dîner à l’hôtel Fort Garry. L’événement est décrit dans le registre des procès-verbaux du club Kiwanis.

Le maire, M. Gordon, a été présenté par le premier ministre de la province, M. T. C. Norris, et il a poursuivi en parlant de la responsabilité des Canadiens de faire de leur mieux pour aider à l’effort de guerre. Pendant ce temps, le premier ministre fédéral, M. Borden, promouvait la conscription. La Loi concernant le service militaire avait été adoptée le 29 août 1917, ce qui rendait possible la conscription des hommes de 10 à 45 ans.

le registre des procès-verbaux du club Kiwanis avec 2 pages
agrandir (2 images)
Kiwanis Club of Winnipeg fonds, Kiwanis Club of Winnipeg minutes, 1917, P7829/7

Le résumé par le club Kiwanis de la causerie de M. Gordon fait allusion au caractère controversé de la question :

« We must give up everything for the successful prosecution of this war. To accomplish, what we are in honor bound to accomplish, if we are to keep our respect as Canadians, we must have unity in its broadest sense. The English-speaking Canadians must act in harmony with the French Canadians, and there must be no thought of civil strife. To bring about this union of forces the Major urged the necessity of unity of government. »

Selon le compte rendu du club Kiwanis, le discours du maire a été bien accueilli :

« At the conclusion of the address the one hundred and fifty men present rose and gave three rousing cheers for Major Gordon, our Allies, the men at the front and democracy. »

Conseil de recherche : Cherchez « Kiwanis Club » dans la banque de données Keystone pour de plus amples renseignements.

Commentaires (0)

Envoyez vos courriels à l'adresse suivante : archiveswebmaster@gov.mb.ca. Que pensez-vous de cette blogue article? Vous êtes aussi invités à afficher vos commentaires sur cette page.

haut de page

Le 11 septembre 2017

La révolution russe et la Compagnie de la Baie d’Hudson : une crise des réfugiés

Alors que la révolution en Russie se poursuivait, l’agent de la Compagnie de la Baie d’Hudson à Archangel, M. H. A. Armistead, a continué à rendre compte au gouverneur et au comité de la situation tumultueuse dans ce pays. M. Armistead a travaillé étroitement avec le ministère du Ravitaillement de la France et avec son directeur, M. LeBourgeois, qui supervisait l’arrivée et les départs des navires de ravitaillement de la Compagnie de la Baie d’Hudson dans le port d’Archangel, mis en service par le gouvernement français.

lettre avec 3 pages de M. Armistead à M. LeBourgeois
agrandir (3 images)
Hudson's Bay Company Archives, Archives of Manitoba, Records of Hudson's Bay Company representatives at Archangel, Private and confidential correspondence, H.A. Armistead to HBC London (copies), 12 Sept 1917, RG22/26/4/4

Dans cette copie d’une lettre datée du 12 septembre 1917, M. Armistead indique ce qui suit :

« At Archangel we are more or less cut off from any source of reliable news, but the general feeling is that we are passing through very critical days. »

M. Armistead évoque le danger croissant d’être un étranger en Russie. Les navires à vapeur arrivant dans les ports russes étaient retenus, et les sujets britanniques étaient avertis de rester loin de Petrograd, la capitale de la Russie à l’époque, pour leur propre sécurité. De plus, une crise des réfugiés se préparait chez les expatriés vivant en Russie.

M. Armistead écrit :

« A very considerable number of French refugees has arrived at Archangel, and are being despatched according to the accommodation on board the steamers in port. Mr. LeBourgeois has informed me that there is a great distress amongst many of these refugees, who not only lack the means for obtaining food, but in many cases also clothing. Some of the local French people have collected a small amount of money to assist those in distress, and I believe to have acted in your sense in sending to Mr. LeBourgeois a contribution in the name of the Hudson’s Bay Company of 500 roubles for this purpose. »

Ainsi, la Compagnie de la Baie d’Hudson s’est trouvée impliquée dans le transport des réfugiés en lieu sûr lors de sa présence maritime à Archangel.

Conseil de recherche : Pour de plus amples renseignements sur la correspondance de la Compagnie de la Baie d’Hudson à Archangel, cherchez « Records of Hudson's Bay Company representatives at Archangel » dans la banque de données Keystone.

Commentaires (0)

Envoyez vos courriels à l'adresse suivante : archiveswebmaster@gov.mb.ca. Que pensez-vous de cette blogue article? Vous êtes aussi invités à afficher vos commentaires sur cette page.

haut de page

Le 5 septembre 2017

Des soldats manitobains ont reçu du soutien de membres de leur famille britanniques

Les documents parviennent aux Archives du Manitoba depuis diverses sources. Souvent, des membres de la famille donnent les documents d’un parent ou d’un grand-parent. Cela a généralement été le cas pour ce qui est des lettres et des autres documents créés par les soldats de la Première Guerre mondiale. Toutefois, ce n’est pas de cette manière que les documents de Campbell Millar, résident de Portage-la-Prairie, se sont rendus aux Archives.

Ceux-ci ont été acquis par la propriétaire de The Curiosity Shop, Faye Settler, au cours de l’achat de biens de successions en guise d’articles à vendre dans son magasin. Ils ont été donnés aux Archives du Manitoba par Daryl Kuhl, le nouveau propriétaire de The Curiosity Shop, en 2005.

Campbell Millar est né à Portage-la-Prairie en février 1899. Il s’est enrôlé dans le Corps expéditionnaire canadien en janvier 1917, juste avant son 18e anniversaire. Il est parti pour l’Angleterre en avril 1917 et, après un an d’entraînement dans ce pays, est parti pour la France en avril 1918. M. Millar était en France lorsque l’armistice a été déclaré et est retourné au Canada en mars 1919.

lettre avec 1 page de Campbell Millar à ses parents
agrandir (2 images)
Archives of Manitoba, Campbell Millar fonds, Correspondence from Campbell Millar to his family, July – October 1917, P2774/7.

Ses lettres à ses parents, à ses frères et sœurs et à Janet O’Brien, une camarade de classe et la femme qu’il a épousée après la guerre, décrivent de manière détaillée les moments passés aux camps d’entraînement et au front. M. Millar a aussi servi pendant la Deuxième Guerre mondiale et a écrit de nouveau à la maison à sa femme, Janet, et à leurs enfants.

Dans une lettre datée du 9 septembre 1917, Campbell Millar écrit à sa mère à propos d’un colis qu’il a reçu de Mme Jackson, de Glasgow, la cousine de sa grand-mère. Dans beaucoup de collections de lettres de soldats manitobains que les Archives détiennent, il y a des mentions de ce type de soutien de la part de membres de la famille habitant en Grande-Bretagne. Les sucreries étaient particulièrement bien reçues.

« In the box was some Scotch Ginger bread and some chocolates. Maybe the Ginger bread wasn’t good Eh! It was dandy. Fresh as though it had been out of the oven a couple of hours. »

Conseil de recherche : Recherchez « Campbell Millar » dans Keystone pour en savoir plus sur sa correspondance pendant la Première et la Deuxième Guerre mondiale.

Commentaires (0)

Envoyez vos courriels à l'adresse suivante : archiveswebmaster@gov.mb.ca. Que pensez-vous de cette blogue article? Vous êtes aussi invités à afficher vos commentaires sur cette page.

haut de page